'
Partagez | 
 

 Tout esprit profond a besoin d'un masque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 9:29



Trop sexey un éventail
Nom : Ji
Prénom : Yanlin
Surnom : Húlí (le renard), le Onzième Siège
Âge : 32 ans
Ethnie : Agargon
Métier : Mage, Onzième Siège, espion, enquêteur…
Avatar : Takeshi Kaneshiro



Méandres sinueux de l'esprit


Il sourit, s’incline. Le Conseil se rassemble ; les Dix prennent place, chacun à leur siège, selon leur ordre d’importance. Ji Yanlin, lui, s’installe à l’écart. L’ombre est sa place, mais si on ne le voit pas, lui ne perd rien de la séance à laquelle il assiste. Discret, silencieux, son regard sombre demeure cependant vif. Il tend l’oreille, observe, note les expressions, les intonations, scrute les tics et les coups d’œil en coin. On ne lui demande pas son avis. Il n’a pas besoin de le donner. Respectueux, soucieux des traditions, il se tient à l’écart, parfaitement conscient de l’importance de son rang, en dépit des apparences.
Sortir de l’ombre pour pénétrer dans la lumière, prendre la place de l’un d’eux, cela ne l’intéresse pas. Il n’aime pas diriger ; mieux vaut laisser cela à ceux qui aiment les jeux de pouvoir. Pour sa part, c’est l’autre partie du travail qui le passionne.
Voilà qu’on se tourne vers lui. Les Dix sont tombés d’accord sur cette question importante : c’est là que le Renard entre dans la danse. Yanlin se lève, s’approche. Le sourire revient étirer ses lèvres – d’aucuns y verraient de la candeur, les plus pessimistes y décèleraient une écœurante affabilité. Les Dix savent qu’il ne s’agit que d’une façade. Ses yeux restent perçants sous le masque de courtoisie. Ils cherchent, inlassablement… et finissent toujours par trouver. En matière d’investigations, Yanlin n’a pas d’égal. Il a érigé son talent au rang d’art, se passionne pour la question et l’infiltration, prêche le faux pour obtenir le vrai, et trouve, immanquablement. Curieux, opiniâtre, incorruptible, il s’est lentement forgé une réputation pour accéder à ce poste. La patience finit toujours par payer. L’audace, aussi.
Ont-ils eu raison de voter à l’unanimité ? Il semblerait que oui, tout au moins selon eux. « Húlí » se fera un devoir de le vérifier.


Diversités de l'être


Ji Yanlin n’est pas son véritable nom, mais celui qu’il a choisi après avoir quitté le Yan pour endosser le rôle de Onzième Siège. Son vrai nom est inconnu – lui-même ne l’emploie jamais. Au Yan, et encore parfois maintenant, on le nommait Húlí.

Il maîtrise la magie du vent. Capable d’infléchir la course des courants aériens, il peut tout aussi bien détourner une brise que déclencher un ouragan. On prétend même qu’il pourrait voler, mais cela fait probablement partie de la légende.

Adepte du déguisement, il est passé maître dans l’art de modifier ses traits et de jouer la comédie – des talents bien pratiques quand on officie au Yan. Il en use encore souvent.

Volontiers charmeur quand les circonstances l’exigent, il est au contraire extrêmement discret quant à sa vie privée. On ne lui connaît aucune épouse, aucun enfant, et si sa famille est encore en vie, il semble n’avoir plus aucun contact avec elle.

Il aime à s’impliquer dans les enquêtes qu’il doit mener. Ainsi, s’il reconnaît l’utilité du Yan et des diverses personnes auxquelles il peut faire appel, Yanlin continue de se salir les mains en usant de son identité de Húlí.



Tourments d'un autre temps


Le vieil homme marchait, courbé en deux sur une canne au moins aussi usée que lui. Chacun de ses pas lui coûtait un effort visible, mais il avançait tout de même, sans demander la moindre aide à quiconque. Ceux qui le croisaient ne songeaient pas à lui tendre la main : sa détermination parlait pour lui, faisant clairement comprendre aux autres qu’il ne désirait pas qu’on l’importune. Les gens admiraient sa force de volonté – chez les Agargons, le courage de se débrouiller seul et de ne pas baisser la tête était une vertu – mais on le laissait poursuivre seul sa route, sans se retourner sur son passage. Des vieillards comme lui, il y en avait bon nombre dans les rues de Chunyi, et aucun ne demandait de l’aide.
Comme à chaque saison, le vieil homme empruntait le métro depuis la station à deux pas de la gare, puis se dirigeait vers les limites de la cité, au sud. De là, il marchait durant un long moment pour atteindre sa destination. Le renouveau, à Chunyi, était toujours aussi magnifique à ses yeux. Les arbres se chargeaient de bourgeons et de boutons ; certains déjà s’étaient ouverts, offrant au regard des myriades de blancs, de roses et de rouges. On pouvait presque réussir à occulter les gigantesques usines dont les cheminées s’élançaient vers le ciel, déversant la fumée noire du charbon qu’on y brûlait. Le quartier était modeste ; pas pauvre, cependant. Ici, les gens travaillaient avec labeur, mais vivaient bien.
Il bifurqua tout à coup dans une allée. Un œil avisé y aurait sans doute décelé une vivacité étonnante dans un corps aussi âgé, mais les quelques personnes qui passaient étaient bien trop pressées pour le remarquer. Le vieillard suivit le chemin jusqu’à une maison de pierre, confortable sans être cossue. De la lumière brillait à une fenêtre. Son dos voûté l’empêchait de se tenir dans la lumière ; il jeta un regard à l’intérieur. Une vieille femme cousait dans un fauteuil confortable. Près d’elle, dans un autre siège, son époux dormait. Le vieillard les observa un instant. Un fin sourire naquit sur ses lèvres.
Il n’avait jamais vécu ici. Dans ses souvenirs, la maison familiale était plus petite, dans les quartiers les plus pauvres de la ville. L’homme qui dormait profondément avait beaucoup travaillé pour en arriver là : sa petite ferronnerie avait prospéré, jusqu’à devenir suffisamment importante pour compter deux succursales. Un parfait exemple de la réussite agargonne.
Son fils, néanmoins, n’avait presque pas connu la lente montée vers le succès. Sitôt ses pouvoirs décelés, l’enfant avait été envoyé en école de magie, pour y suivre un cursus brillant. Le père avait travaillé dur pour offrir à son fils la possibilité d’étudier – et y était parvenu. L’enfant avait poussé jusqu’à l’université de Qizang, et après…
Le vieil homme se détourna sans sourciller. Il ne pouvait s’attarder trop longtemps. De la poche intérieure de sa tunique, le vieil homme tira une enveloppe fermée par un cachet de cire verte, et glissa celle-ci dans la fente aménagée par la porte. Il savait que la femme entendrait le claquement du métal et se précipiterait pour récupérer le pli, puis regarder dehors. Elle ne verrait alors que la pénombre du soir. Le vieillard, lui, était déjà loin.

C’était un homme ventripotent qui remontait désormais la route en direction de la bouche de métro. Son crâne chauve luisait sous l’éclat des réverbères à gaz. Le rituel était le même à chaque saison. Quitter la capitale avec un visage, traverser Chunyi avec un autre, partir avec un troisième, et rentrer avec le dernier. Il avait tiré un trait sur son passé bien des années plus tôt, mais il y avait des choses qu’il ne pouvait décemment pas abandonner derrière lui. L’enfant que ses parents avaient élevés n’existait plus pour personne… hormis pour eux.
Au cours de ses études, il s’était découvert une passion pour les intrigues et l’investigation. S’il avait commencé à se grimer pour pénétrer dans les dortoirs des filles au cours de la nuit, il avait bien vite compris que son talent presque inné dans ce domaine pouvait lui servir à bien d’autres choses. Voler les sujets d’examen, modifier une appréciation sur un camarade, récupérer un objet confisqué… Mais il était stupide, comme nombre d’adolescent, et ce qui devait arriver arriva : il se fit prendre, bien entendu. Pourtant, bien loin de le sermonner pour ses actes, le professeur bien avisé le conduisit dans un passage bien plus tortueux que ceux qu’il avait empruntés jusqu’à présent.
Il découvrit le Yan et, une fois diplôme, abandonna son nom pour celui de Húlí. Le Renard était rusé, perspicace, clairvoyant, et ne lâchait pas sa proie, quand il en avait une. Doué de patience, enfin guidé, il gagna en technique sans perdre son instinct, gravit peu à peu les échelons. On lui faisait confiance. Glaner des renseignements, s’infiltrer, jouer la comédie, mentir : il apprit ce qu’on lui enseigna, garda ce qui lui plut, abandonna le reste. Húlí était doué. S’il s’agissait de pénétrer les lignes des Sililiens pour obtenir des renseignements sur leur prochain assaut, il dérobait aussi leurs plans de bataille et la liste de leurs chefs militaires. S’il fallait obtenir une information d’un notable étranger, il lui subtilisait aussi un secret utilisable pour un chantage – et la virginité de sa fille, par la même occasion. Saboter une machine, c’était aussi s’emparer des plans et brûler le brevet.
Année après année, il gagna le respect de ses supérieurs, jusqu’à approcher le Onzième Siège en personne, et celui-ci le reconnut comme son héritier. Quand l’homme vieillissant l’appela à son chevet, Húlí dissimula son sourire sous un masque d’affliction. L’opiniâtreté et la volonté étaient des qualités prisées des Agargons. Le nouveau « Ji Yanlin » n’en manquait pas.

Le gros marchand s’installa dans le train en poussant un soupir d’aise, avant d’adresser un sourire à une jeune femme qui s’empressa de détourner les yeux. Il avait certes tiré un trait sur son passé, mais pas sur deux composantes essentielles de celui-ci. Il ne pouvait pas se permettre de les rencontrer en personne et risquer de mettre leur vie en danger, juste de déposer, lui-même, il y tenait, un courrier dans leur boîte aux lettres.

« Chère Maman, cher Papa… »


Pseudo : Saile
Disponibilité : Présence 7/7, RP 4-5/7
Remarque? : C'est beauuuuuuuu chez vous ! *0*
Huhuhu




Dernière édition par Ji Yanlin le Mar 11 Oct - 17:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 11:07

Bonjour Ji Smile
bonne chance pour ta fiche
et bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumehra La Dévouée

Reine Marchande

avatar
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 12:21

Oh le Onzième Siège *o*
C'est le plus classe (je trouve)

Bienvenu parmi nous et si tu as des questions sur ce vaste univers, nous sommes là!

_________________
Contes Du Désert
Ce désert est peuplé pour celui qui a allumé la lampe de son âme, alors une grande présence naît, alors le rien
devient un tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 12:33

Merciiiiiiii !

Oui, le Onzième Siège est trop classe. ! *0* Je devrais finir ma fiche aujourd'hui.

Merci encore pour votre accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darius Vortigern

Grand Archevêque Gris

avatar
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 18:34

C'est là que je vois que je suis bon pour la casse ! j'ai même pas eu le temps de te souhaiter la bienvenu que t'avais déjà fini ! Papy est à la bourre !

bienvenu malgré tout 11ème siège !

C'est amusant de me dire que j'ai découvert ta célébrité le mois dernier seulement ... et dans le film que tu as choisis en plus "les 3 royaumes" ... x)
Bon film en plus franchement, un peu kitche mais pas mal ^^

_________________

"Devant les dieux, il ne servira à rien de dire "d'autres m'ont dit d'agir ainsi", ou bien que la vertu n'était pas de mise à ce moment là, car c'est insuffisant ...
" by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 18:35


Que l'aventure commence!        
Te voilà prête à partir à la découverte de Sand'Hôr! Si tu as peur de t'égarer en chemin, les étoiles pourront toujours te guider au moindre moment de ton parcours. Les diverses routes que tu emprunteras t'amèneront peut être à vouloir te démarquer et ainsi te faire connaître. Mais n'oublie jamais qu'entre deux aventures, il te faudra  te reposer.
Bonne route!
made by Azel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 18:36

Notre premier "bleu" sur le forum Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 18:47

Oh, chic chic chic ! Merci ! bounce
Les Trois Royaumes, kitsch ? èoé Mais ! mais ! Je proteste ! (Vaguement sur les bords, mais Kaneshiro, quoi... Embarassed )
Hâte de pouvoir RP avec vous bientôt, en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sumehra La Dévouée

Reine Marchande

avatar
MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   Mar 11 Oct - 21:37

Je le connais seulement du vieux film : The Returner XD

_________________
Contes Du Désert
Ce désert est peuplé pour celui qui a allumé la lampe de son âme, alors une grande présence naît, alors le rien
devient un tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout esprit profond a besoin d'un masque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout esprit profond a besoin d'un masque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faudrait avoir perdu tout esprit de rigueur pour définir le Romantisme || ft. Roxane
» L. CATALINA MEERY ✿ > Il faut dire à tout esprit naissant qu'aucune cause ne vaudra jamais la mort d'un innocent [100%]
» Tout bon cuisinier a besoin d'un goûteur. + Lewis (03/10 ; 20H12)
» Tout le monde a besoin d'amis pour survivre ~Chris
» Tout loups garous a besoin de se démarquer ( enfin quoique...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sand'Hôr :: Universal UltratoolUniversal Ultratool :: Transmogrification AnatomiqueTransmogrification Anatomique :: Penderie-
Sauter vers: