'
Partagez | 
 

 Akh'An

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Akh'An   Sam 30 Juil - 17:37


       Les Akh'Ans      Toute chose, a un prix et tout prix n'est pas forcément d'orLes Akh’Ans sont des marchands, et en surface, il y aurait peu de chose à dire de plus. Vivants dans d’immenses cités nomades qu’ils nomment « Quafila » (les autres peuples les appelants simplement Caravanes), ils parcourent le monde pour commercer avec chaque race, et ce, depuis des siècles. À tel point que toutes les autres races ont fini par leur laisser cette tâche, leur permettant ainsi d’installer un monopole commerciale.

Le commerce et l’argent étant le fondement de leurs lois, tout peut être acheté : même le pouvoir. Pour simplifier, les Kaphelas, en plus d’avoir la taille allant de petites villes à celles de grandes cités, sont des possessions d’un Seigneur Marchand qui a acheté à ses comparses le droit d’exploiter les moteurs K’vor. Secret le mieux gardé de leur peuple, il permet de mettre sur pied les Kaphelas et donc de parcourir le monde pour faire fructifier ses propres affaires. La puissance d’un Kaphile se mesure à la taille de sa Kaphela. Il doit cependant signer le pacte des Seigneurs Marchands qui impose différent point : en premier lieu, un Seigneur Marchand ne doit jamais refuser de commercer avec un autre Kaphile, aussi démuni soit celui-ci, il doit faire de son mieux pour trouver un terrain d’entente avec lui.
Un autre point important, et pas des moindres est l’embargo commercial : comme expliqué, les Akh’Ans possèdent un monopole commercial implicite, mais si une cité a le malheur de manquer de respect à un Seigneur Marchand, d’attaquer une Kaphela sans raison, ou de tenter de commercer par un autre moyen  alors ce monopole devient tout de suite plus explicite car son nom est mis dans le registre des embargos. Et aucun Kaphile ne commercera jamais avec les mal-nommés tant que l’affront n’a pas été lavé.
Le pacte recèle de nombreux points, comme le commerce des artefacts Nakhkins et tous doivent être respectés. Si un Kaphile a le malheur de transgresser la moindre de ses closes, alors le Conseil des Seigneurs Marchands lui retirera purement et simplement le droit de possession de sa Kaphela et l’intégrera à celui qui pourra la racheter.

Le train de vie nomade des Akh’ans poussent de très nombreux jeunes à partir à l’aventure. C’est donc eux qui possèdent la plus grande quantité d’aventurier à travers le monde. S’ils ne sont pas ceux qui possèdent le plus d’artefacts recensés, personne ne niera que si tous les aventuriers Akh’ans revenaient dans leurs Kaphila, la quantité de trésors Nakhkins rassemblés dépasserait toutes les espérances des autres peuples.
 made by Azel



Dernière édition par Le Songe le Sam 30 Juil - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Akh'An   Sam 30 Juil - 17:39


               Le GouvernementLe gouvernement des Ak’hans est pour le moins étrange et dur à saisir. Pour commencer, ils n’ont qu’une ville fixe : Akhet située sur le fleuve Ayae. Cette ville est considérée comme la Capitale. Elle est dirigée par le grand Vizir. Il n’est cependant pas le chef suprême du gouvernement Ak’han. Il est plutôt l’intendant. Les vrais dirigeants sont les Kamin Avaz. Aux nombres de cinq, ils sont présidés par la Reine Marchande inclue. Ils parcourent le monde dans leur Kaphela, mais lorsque l’un d’entre eux l’exige, ils reviennent tous à Akhet pour y tenir conseil. Durant cette période, Akhet devient la plus grande ville du monde, tandis que les cinq immenses Kaphela décuple sa taille pour plusieurs semaines. Le conseil des Kamin Avaz devient alors seul et unique dirigeant d’Akhet.

Au-delà de la ville aux milles merveilles, le peuple Ak’han se réparti sur les nombreuses Kaphela qui traverse le monde, chacun dirigé par son propre Seigneur Marchand, et dont les tailles varies de petit village jusqu’à d’immense cité. Mais aucune n’égale par sa taille les Kaphelas des Kamin Avaz.
Dans chaque Kaphela, le Seigneur Marchand est la seule autorité, et il dirige comme bon lui semble la politique de vie, et sa milice. Certains s’entourent d’une cours dont ils choisissent les titres eux-mêmes. Souvent, ils tendent à vouloir imiter celles d’un Kamin qu’ils ont eu la chance de rencontrer.

   
Les Relations Diplomatiques
Globalement les Akh’ans sont en paix avec tout les peuples même les Exilés et les Soturis ne les apprécient guère. À tel points que le Conseil des Kamins Avaz les soupçonnent de mettre en place d’autres voies commerciales entre eux.
Sinon, ils sont de grands amis des Agargons avec qui ils entretiennent des liens commerciaux très forts, les rendant ainsi un peu plus froid avec les Sililiens qu’ils voient surtout comme des êtres déphasés sans connaissances de la valeur de l’argent.
Les Akh'Ans sont très mitigés concernant les Drakens. En effet, si les Akh’an et le Conseil ne supportent aucunement que ces derniers les obliges à lever un embargo commercial, ils doivent cependant reconnaître qu’une guerre serait bien mauvaise pour leurs affaires. Ce qui les poussent, presque autant que les Soturis, à tout faire pour la préserver.

Les Seigneurs MarchandsAussi nommés Kaphiles, les Seigneurs Marchands sont les dirigeants des Akh’ans. Chacun dirige sa propre Kaphela, mais le Conseil des Kamins Avaz, composé des cinq plus puissants Seigneurs Marchands, représentent la vraie tête de commandement.

Pour devenir un Seigneur Marchand, il faut d’abord accumuler suffisamment d’argent et de richesse pour pouvoir acheter sa Kaphela. C'est-à-dire les moteurs K’vor qui porteront la cité. Commerces comme habitations puisqu'un Kaphile sans sujet n’est rien d’autre qu’un homme sur une machine planant à plusieurs centimètres au-dessus du sol.
Une Kaphila comprend des techniciens mais également des dresseurs pour gérer les bêtes de trait qui tirent la ville lorsqu’elle doit se déplacer ainsi que des veilleurs, la milice et évidemment des marchands. C’est une véritable cité qui s’organise et qui traverse le monde et le Kaphile ne doit jamais oublier que tout ce qui est acquis peut être perdu. Son peuple peut tout à fait l’abandonner pour un prix bien plus intéressant chez un concurrent.
Les Kaphiles les plus riches construisent des citadelles, sur des emplacements où ils ont trouvés un filon intéressant et si celui-ci ne se trouvent pas dans le territoire Akh’an, ils achètent juste les droits d’exploiter. les négociations sont bien plus rudes avec les Exilés et les Soturis qu’avec les Agargons. Les plus puissant Kaphilse peuvent se vanter d’avoir une ou deux mines à travers le monde, chacune gérées par un Ustadh. Un quartier-maître payé une petite fortune pour entretenir la mine et s’assurer que la production ramène toujours plus à son Kaphile. Il est rare qu’un Kaphile installe une forteresse pour autre chose qu’une mine ou une carrière, mais certains le font pour un pâturage, ou pour une ruine antique, recelant des artefacts. Mais les citadelles sont alors moins fortifiées, et plutôt d’apparences temporaires.

Il fut un temps où certains Kaphiles avaient fait construire des citadelles autour d’oasis pour récolter l’argent des voyageurs. Mais un conseil de Kamin fit interdire cette pratique et aucun ne semble être en passe de l’autoriser à nouveau. Si on peut penser qu’un Seigneur Marchand est vénal et pense d’abord avec sa trésorerie, il n’en est rien pour un Kamin. Ces Seigneurs Marchands ont récolté tellement d’argent qu’il pourrait acheter n’importe quoi à travers le monde. La taille de leur richesse est incommensurable et l’argent ne représente plus grand-chose pour eux, si ce n’est une formalité. Les Kamins sont les plus à même de connaître la valeur éphémère de l’or  car ce sont sans conteste les personnes les plus riches que Sand’Hôr n’ai jamais vu naître en plusieurs milliard d’année d’existence. Ces immenses richesses leur font prendre consciences que l’or ne peut pas tout acheter, et que tous les moyens ne doivent pas être permis pour en obtenir toujours plus. On ne peut discuter argent avec un Kamin, comme on ne peut discuter création avec un dieu, car ils font l’économie comme bon leur semble et ils décident presque de la valeur de chaque chose à travers le monde. Du haut de leur palais d’or et de pierreries, ils contemplent les autres peuples, et tirent sur les fils du commerce selon leur bon vouloir.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Akh'An   Sam 30 Juil - 18:23


               Le MilitaireIl n’existe aucune armée centralisée pour les Akh'Ans pour deux raisons. Premièrement, personne ne s’est déjà risqué à leur faire la guerre, choses qui pour beaucoup tiendrait du suicide économique. La seconde est parce qu’il est impossible avec autant de petits dirigeants séparés à travers le monde de maintenir une cohésion entre les grades, les rangs, les années de services ou même encore les effectifs. Chaque Seigneur marchand va alors de sa propre fantaisie pour sécuriser leurs villes ambulantes.
Akhet possède notamment une police des moeurs. Sachant que les dangers viennent surtout de l'intérieur même de de son peuple, le Grand Vizir surveille donc celui-ci, lui imposant ainsi une idéologie. Cette dernière est dirigée par un Sydie. Vient ensuite les Kuabds puis les Yisdas.

Les services de renseignement :  Zemzemhe

Avec une armée aussi disparate, personne ne se doute de l’existence d’un tel ordre. Sous les directives des Kamin Avaz, les Zemzemhe sont simplement appelés conteurs dans les autres peuples. Ces êtres parcourent le monde pour raconter des histoires aux nations en l’échange d’un peu d’argent. Et parfois d’un toit et d’un couvert pour la nuit. Les autres Akh'Ans les considèrent seulement comme des vagabonds et ils sont souvent vu comme des étrangers dans les Kaphela qu’ils utilisent parfois pour se déplacer d’un pays à un autre.

En réalité, les Zemzemhes sont un ordre d’espion dont les obscures connaissances occultes leurs confèrent un voile de mystère impénétrable. Aux yeux du monde entier, ils ne sont rien de plus que de simple vagabonds, baroudeurs et conteurs, alors qu’ils sont les yeux et les oreilles du conseil des Kamins. Cette apparence trompeuse leur permet de se glisser jusque dans les maisons des Sénateurs Drakens et dans les temples sacrés des Maîtres des Lames. Ils ont vus les laboratoires les plus secret des Exilés, et ont visité les collèges de magies les plus protégés. Et ce à visage découvert, et sans que personne ne les arrêtes.
Si certains dirigeants soupçonnent que les Kamins possèdent malgré tout une division de renseignement, personne ne se doute que les conteurs en sont les agents.

On ne demande pas à être un Zemzemhe. Ce sont les conteurs qui vous trouvent, qui vous proposent un travail promettant mille richesses et flopée de connaissances. Très peu sont finalement sélectionné, et ceux qui sont renvoyé chez eux ne semblent garder aucun souvenir de ce qu’ils sont allés faire à Akhet.


   
La Culture
L’argent et le commerce sont le fondement de la société Akh’an. Tout s’achète, tout se vend. Il existe un prix pour chaque chose. Ils sont la nation qui pratique le plus l’esclavage, puisqu'il est considéré comme un moyen de payement à part entière et non simplement comme une punition. Contrairement aux esclaves Soturis et Agargons, cela dit, un esclave Ak'Han ne perd en aucun cas ses droits de citoyens. Il est juste en train de verser les intérêts d’un prêt.
L’exploration est aussi une seconde nature chez ce peuple. Nombreux sont les jeunes Akh’Ans à débarquer dans une ville pour  commencer l’aventure d’une vie.

Contrairement à ce que se plaisent à dire beaucoup de Soturis, les Akh’Ans ne sont pas des voleurs, et ils sont ceux qui considèrent cet actes avec le plus de honte car voler signifie que l’on a payé aucun prix. Ce qui est inacceptable dans leur philosophie. L’aspiration de tout AkhAan est de gagner suffisamment d’argent pour posséder sa propre Kaphel, et de parcourir le monde comme bon lui semble en s’amusant à jouer les princes marchands. Mais chez eux, la richesse peut se perdre plus vite qu’elle ne peut se gagner, car un Seigneur Marchand ne respectant pas les closes du pacte des Seigneurs Marchands peut perdre du jour au lendemain son titre de Kaphile, sa Kaphela, et des richesses accumuléess durant des années. Il paie ainsi le prix du déshonneur qu’il a apporté aux rangs des Seigneurs Marchands.
Si une Kaphela se retrouve retirée à son Kaphile, elle n’est pas démantelée, cela serait un gâchis monumental de temps et de ressources. En plus de mettre à la rue des centaines, voire des milliers de personnes. À la place, elle est rattachée à Akhet jusqu’à ce qu’elle trouve acheteur. Une Kaphila est vendue comme un ensemble, qui comprend l’âge de ses moteurs K’vor, le bétail qui l’accompagne, ses bâtiments, sa taille, mais également sa population. Si ce détail dérange de nombreux peuples, les Akh’Ans ne s’en offusquent pas. Tout un chacun est libre de quitter la ville mouvante quand bon lui semble après tout.
Le plus souvent, ces Kaphelsa abandonnées sont rachetées par un Seigneur Marchand de retour à Akhet avec de l’argent à dépenser et préférant agrandir la surface de sa Kaphela plutôt que d’engager de nouveau sujet. Dans ces conditions, des ouvriers et ingénieurs raccrochent les deux villes l’une à l’autre. La véritable fusion mettra des années à se mettre en place, le temps que les bâtiments de l’ajout soit rénové à l’image de ceux de leur nouveau propriétaire.
Il arrive parfois qu’un jeune aventurier ou entrepreneur arrive avec poches plus que pleines et décident de racheter une Kaphela plutôt que de monter la siens. On ne compte d'ailleurs plus le nombre de jeune Kaphile se retrouvant seul et abandonné sur leur Kaphela après que la totalité du peuple a décidé de partir, ne voyant pas en lui un chef à la hauteur de leur ancien maître. Cette première claque permet souvent aux jeunes Akh’Ans de comprendre ce que signifie être Kaphile.


Le système judiciaire :

Comme pour l’armée, chaque Kaphile fait son système judiciaire comme il l’entend. Cependant les Kamins Avaz et Akhet ont, tout les six, le même système judiciaire souvent recopié par les autres Kaphiles.

En premier lieu, les simples délits,et les petits crimes sont gérés par un juge nommé par le Seigneur Marchand ou par le Vizir. Les crimes plus importants eux, sont directement jugés par le Seigneur Marchand. Pour ce qui est des sanctions, la prison est très peu répandue et plus souvent utilisée pour les criminels en l’attente d’un jugement car elle n’est pas considéré comme un moyen efficace de payer une dette. Les sanctions Akh’Ans portent plus sur les amendes, les travaux d’intérêt général et l’esclavage. La peine de mort peut être appliquée dans certains cas extrême,mais la pire des punitions pour un Akh’An reste le Nahafy.
Considérée comme une honte, une personne condamnée au Nahafy est marquée par un stigma magique lui interdisant l’entrée d’Akhet et de toute Kaphela du monde tant que sa dette n’a pas été remboursée. Si pour un non Akh'An la sanction semble se limiter à trouver un autre moyen de transport facile à travers le monde, pour un natif cette sanction est pire que la mort. Tout d'abord il est impossible de se débarrasser autrement du stigma qu’en remboursant sa dette. Tout Akh’An ayant le malheur de posséder cette marque ne pourra même pas se risquer à demander de l’aide à un autre Akh’an puisque personne ne parle à un stigmatisé. L’autre côté sordide de cette peine est que généralement, cette marque est apposée pour des crimes graves tel que le meurtre. Or il est impossible de placer un prix bien défini sur une vie. Par conséquent, un stigmatisé passera sa vie à courir après des fortunes dans le monde entier pour rembourser sa dette ce qu’il ne pourra jamais faire. Une vie n’a qu’un seul prix soit une autre vie. Celle du stigmatisé. Celle qu’il gâchera à rembourser inutilement sa dette sans le moindre espoir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Akh'An   

Revenir en haut Aller en bas
 
Akh'An
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sand'Hôr :: Weird CompendiumWeird Compendium :: Amplificateur CérébralAmplificateur Cérébral :: Contexte :: Ethnies-
Sauter vers: