'
Partagez | 
 

 Soturi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Soturi   Sam 30 Juil - 20:09


       Les Soturis      Un bouclier pour les faibles, un manteau pour les démunisS’il existe une noblesse dans ce monde, elle est symbolisée par les Soturi.
Les Drakens s’enorgueillissent d’avoir une armée respectée de tous, mais les plus clairvoyant savent pertinemment que leur système tient en place par la volonté des Soturi. Paladins de leur monde, les Soturi sont élevés dans les préceptes de noblesse, et les plus humbles d’entre eux seraient prêt à sacrifier leur vie pour protéger le faible. Quant au plus riches, ils forment la tête pensante d’une armée indéfectible prête à traverser le monde si une région remet en doute la paix que les Drakens tentent de maintenir.

Les cités des Soturi ressemblent à de gigantesques cathédrales, où règne la pensée pure, avec un taux de criminalité proche de zéro. Beaucoup considèrent que l’éducation des jeunes Soturis tient du lavage de cerveaux mais les Seigneurs Gris estiment que c’est la meilleure solution pour conserver une armée et un peuple capable de défendre le bien et la lumière des Nakhkin sans fléchir. Bien que leur droiture et leur morale sans faille puissent paraître ennuyeuses pour un groupe d’aventurier, ils n’en restent pas moins de fidèles compagnons et de grand guerriers.

Mais un grand mal touche ce peuple depuis plusieurs siècles. Leur peau semble se métalliser et nul ne sait d’où provient ce mal, les transformant petit à petit en être de métal. Les plus atteints d’entre eux se retirent dans des sanctuaires, archivant l’histoire de leur race et apprenant les secrets des lames Soturis à ceux qu’ils estiment le mériter. Beaucoup de natifs de ce peuple pensent pouvoir se préserver de ce mal dans la prière et la foi. Mais les études des Exilés semblent montrés que la vitesse de propagation diverge selon la personne. D’autres pensent que la compréhension de cette maladie peut se faire à l’aide des artefacts Nakhkin et partent à l’aventure pour trouver un moyen de guérir leur peuple. En attendant, tous portent cette malédiction comme un fardeau pour un pêché passé dont aucun ne se souvient.
 made by Azel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Soturi   Sam 30 Juil - 21:26


               Le GouvernementLes Seigneurs Gris sont les dirigeants des Soturis. Ils sont d’un âge souvent avancé, et à un stade développé de la malédiction de la chaire. Certains ont été des ecclésiastiques, d’autre des soldats, et d’autre encore, des Maîtres des Lames. Mais tous ont une longue expérience de vie et une connaissance des dogmes et des mœurs Soturis. Ils sont dirigés par le Grand Archevêque, le plus vieux et supposé sage d’entre eux. Ils tiennent régulièrement conseil quant à la vie de tous les jours : les prières, les lois et les conflits des Soturis.

Il n’y a que douze Seigneurs Gris (treize avec le Grand Archevêque), et chacun est aux commandes d’une ville, indépendamment du Conseil Gris. Les autres villes, elles, sont dirigées par un ecclésiarque. Cet ecclésiarque a lui-même sous ses ordres une foule d’homme d’église dont le Bourgmestre (son adjoint), son Sénéchal (qui gère la milice), et un ensemble de Baillis (qui gèrent les communautés plus petites alentours, du village de grande taille, jusqu’au simple regroupement de ferme.) Au-delà des milices qui gèrent l’ordre dans une ville bien précise ou un ensemble de petites communautés, chaque sénéchal ayant ses sergents et caporales, il existe chez les Soturis trois autres ordres « guerrier ».

Un ecclésiarque est un noble Soturi dont la taille du domaine dépend de son titre de noblesse, dans la hiérarchie suivante : Duc, Comte, Vicomte, Baron, Banneret, Chevalier. Tout Soturis noble qui n'a pas hérité du domaine familiale est au moins chevalier, la seule exception étant les maîtres des lames, qui peuvent avoir un titre de noblesse plus haut sans avoir à s'occuper d'un domaine à cause de leurs obligation.

   
Les Relations Diplomatiques
Les Soturis possèdent l’armée la plus puissante de Sand’Hôr et les meilleurs guerrier sont souvent issus des rangs des Maîtres de Lames. Par conséquent, nul ne souhaite se fâcher avec eux. Ils ne sont pas tout puissants pour autant, et nombre de cités se sont vus privées de commerce parce que leur ecclésiarque s’est cru autorisé à manquer de respect à un Seigneur Marchand. Les relations entre les Soturis et les Akh’Ans sont très houleuses. Pour la simple et bonne raison que les premiers estiment que les autres ne sont que de vulgaires voleurs indignes d’eux, et que les seconds les voient comme des antiquités incapables de comprendre la vraie valeur du monde et vivant dans le passé.

Au contraire, les Soturis sont particulièrement proches des Drakens pour qui ils déploient leur puissantes armées, si leur paix vient à être menacée.
Voisins des Exilés, nombre d’Inquisiteurs les considèrent comme des hérétiques et ne veulent pas avoir à faire avec eux. Il est de nombreux bourgs, principalement dans le Sud du territoire Soturis, où ces scientifiques ne sont pas les bienvenus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Soturi   Sam 30 Juil - 22:20


               Le MilitaireL’armée Soturi est la plus puissante de Sand’Hôr. Représentée au Conseil Gris par le Seigneur Général (qui ne fait pas partie des Seigneurs Gris), c’est la milice avec le système de rang le plus complexe et régis par les lois militaires les plus rudes.

Le Seigneur Général a sous ses ordres cinq Généraux et sa garde rapprochée, les Chevaliers Gris, composée de dix guerriers d’exceptions. Chaque Généraux composent sa propre garde rapprochée, variant de quatre à huit membres. Ils ont sous leurs ordres chacun quatre capitaines. Les Capitaines possèdent chacun deux aides de camps qui les aides à commander trente soldats directement sous leurs ordres, et cinq lieutenants. Les Lieutenant eux, ont aussi un aide de camps et commande à quarante chefs de troupes. Chaque chef de troupes commandent dix sergents qui ont chacun sous leurs ordres cinquante à cent soldats. Chaque sergent est aidé dans cette tâche d’un ou deux caporales. C’est dans cette strict hiérarchie que l’armée la plus puissante de Sand’Hôr maintient sa réputation depuis des siècles. Chaque jeune de douze ans est réquisitionné pour un service militaire minimum de quinze ans. Une famille noble peut demander que leur enfant ne soit pas incorporé : en échange, il doit devenir page pendant quinze ans au près d'un ecclésiarque qui lui enseignera directement les notions de guerre, de protocole et de stratégie, et lui fera faire ses classes.

L’Inquisition est en quelque sorte le service de renseignement des Soturis. Si ses hommes sont des guerriers d’exceptions, ils sont surtout des enquêteurs. L’Inquisition est sous le commandement d’un Seigneur Gris qui est aidé dans sa tâche par les Jurés, aux nombres de dix. Ils aident le Seigneur Inquisiteur à gérer cette petite force armée composée d’une  centaine d'Inquisiteurs. Ils sont dépêchés sur place lorsque la milice est débordée, ou lorsque les Soturis estiment que les enquêteurs Drakens ne font pas leur travail correctement.
La réputation de chaque Inquisiteur lui est propre. Certains sont grandement appréciés et reconnus pour leur clairvoyance, d’autre au contraire, son craint pour leur justice rapide et intransigeante. Il est des périodes dans l’Histoire de l’Inquisition où ses juges ont été tellement redoutés et craint que les Exilés et les Agargons ont littéralement interdit à ceci de mettre le pied sur leur territoire.

Le dernier ordre militaire est le plus mystérieux : il s’agit des Maîtres des Lames Soturi. Ces soldats d’élites constituent la garde personnel du grand Archevêque (qui très souvent a fait partie de leurs rangs) et son déployé en cas de conflit de longue durée. En ces temps de paix les maîtres des lames n’ont pas quitté leur sanctuaire pour des missions d’envergures depuis des années.
Les Maîtres des Secrets qui dirigent l’ordre considèrent que chacune de leurs actions militaires est toujours une sorte de défaite pour le monde, et qu’il n’est de victoire que lorsque les problèmes peuvent être réglés l'intervention de ces guerriers de légende.
Les Maîtres des Secrets sont aux nombres de trois .Le Maître de L'esprit, celui de l’âme et celui du corps. Chacun d'entre eux a développé son propre style de combat, parfois inimitable. Chaque génération voit naître quelques jeunes élèves qui semblent marcher sur les traces de ces êtres légendaires, et qui, pour parfaire leur éducation, décident de quitter leur monastère pour entreprendre une vie d’aventurier. Cette tendance à fuir le monastère pour découvrir le monde fait, en réalité, partie intégrante de la formation des jeunes Maîtres des Lames. Seuls ceux qui semblent le comprendre ou qui ressentent un besoin inexplicable de quitter les carcans de leur fonctions finissent un jour par revenir et mériter véritablement le titre de Maître des Lames.
Leur sanctuaire, Caherlois, se situe dans les montagnes du centre. Tout prétendant doit être capable de les gravir par ses propres moyens. Les routes secrètes ne sont connus que des maîtres des lames, par conséquent, un élève qui souhaite partir à l'aventure devra de nouveau descendre les montagnes de Mordred par ses propres moyens.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Le Songe

Maître du Jeu

avatar
MessageSujet: Re: Soturi   Sam 30 Juil - 22:36


                   La CultureLa culture des Soturis est très « chevaleresque » et austère. À cause de la malédiction qui les ronge, ils ont des sens accrus et vivent souvent en marchant sur une corde raide au-dessus d’un gouffre immuable. On en ignore la raison mais la capacité d’un Soturi à ressentir est démultipliée et seule l’éducation drastique imposée dans les monastères dès leur plus jeune âge permet d’éviter au maximum les excès et les débauches. En cela, l’Inquisition veille au grain et on ne compte plus le nombre de jeunes Soturis, qui, après avoir profité un peu trop de certains plaisirs gustatifs, charnels ou même auditifs ont été très rapidement rappelés à l’ordre. Un mois dans un camp de l’Inquisition fait souvent vite passer le goût de l’excès. Les récidivistes pouvant prendre jusqu’à un an de peine. Rares sont ceux qui survivent aussi longtemps sous l’éducation des cerbères. Surnom donné aux geôliers.

Le système judiciaire :

La justice est rendue par un juge qui est seul maître du sort du condamné. Il n'y a pas de juré.. Les Soturis sont par ailleurs les inventeurs du principe d’avocat, très vite repris par les Drakens puis certains autres peuples. Un Non-Soturi ne peut pas être condamné à mort à moins que le jugement ne soit approuvé par sa propre patrie. Le droit Soturi est assez simple, et s’encombre de peu de fioriture. Tout est parfois même un peu trop manichéen.

L’emprisonnement est réservé aux Non-Soturi mais les natifs ont droit à ce que leur société appelle « le redressement ». Pire que la prison, le redressement s'effectue dans des camps. Civils pour les petits délits, militaire pour les infractions plus graves et de l’Inquisition pour les crimes. Les structures sont assez semblables aux geôles des autres nations.
Ce traitement imposent des conditions de vies effroyables aux prisonniers, obligés de suivre un entraînement de haut niveau qui sert à mâté psychologiquement les déviances et le manque de discipline. Si un an dans un camp de redressement civil suffit à faire passer le goût du crime à certains Soturis, il est des spécimens qui ont fini par récidiver et par mourir dans un camp de l’Inquisition. Rares sont ceux qui  survivent plus de six mois car ses gardiens appelés les cerbères cherchent surtout à exécuter une mort lente et douloureuse plutôt que de redresser les torts du concernés. Nombre de Soturis ont préféré se suicider, au lieu de devoir retourner dans un camp de l’Inquisition.




 
La Malédiction de la Chair
La totalité du peuple Soturi souffre de cette malédiction et il n’est aucune exception ni aucun cas rare depuis des millions d’années qui n’ai pu s’en abroger. Elle se déclenche vers l’âge de six ans, âge auquel l’enfant est alors conduit par ses parents à l’académie de la ville (ou enlevé de force par les Inquisiteurs) pour y être éduqué et comprendre le mal qui le ronge.

Les premiers symptômes sont généralement une légère balafre dorée qui apparaît quelque part sur le corps. De cette balafre part une lèpre dorée qui gagnera petit à petit le corps de tout le Soturi. Dans les premières années, il ne s’agira que d’une coloration de la peau qui n’atteindra jamais le visage et très rarement les mains.
La deuxième phase de la malédiction est un durcissement des zones déjà affectées, remplaçant peu à peu l’épiderme mou par une sorte de métal flexible. Cette « malédiction » semble devenir une bénédiction puisque la peau devient alors plus résistante que celle des autres peuples et surtout bénéficie d’une régénération hors du commun. Mais les jeunes impétueux qui pensent que "la malédiction de la chair" a été nommée ainsi par une bande de vieux rabougris retournent très vite et douloureusement à la réalité.
Cette résistance extérieure se traduit par un changement intérieur des plus désagréables. Nombreux sont les nations à penser que le régime alimentaire des Soturis est dû à leur entraînement drastique et leur volonté d’acier, mais il en est tout autre. Les Soturis arrivés à ce stade de leur malédiction ne peuvent plus avaler de nourriture conventionnelle. C’est la raison pour laquelle leur entraînement leur apprend à tenir malgré cette faim éternelle qui leur tiraillera le ventre et l’esprit pour de longues années. Tout Soturi qui se risque à avaler de la nourriture souffrira le martyr pendant des semaines pendant que ses organes dorés se contracteront douloureusement tant bien que mal pour rejeter ces éléments inacceptables dans leur organisme. C’est une expérience d’une telle douleur qu’aucun Soturi ne s’y prête généralement plus d’une fois. Si les Soturis ne peuvent pas manger, ils peuvent ressentir la faim mais ne peuvent en mourir.
Au fil du temps, les érudits Soturis se sont rendu compte qu’une chose semblait apaiser le sentiment de faim qui les étreint : la mort d’être vivant autour d’eux. En effet, nombre de  Soturis aventuriers témoignent s’être sentis plus apaisés et avoir le sentiment d’être  rassasiés après avoir triomphé d’un adversaire. Cette découverte a mené à intensifier d’autant plus l’éducation des jeunes Soturis et la rendre d’autant plus stricte.

Lorsque le Soturi prend de l’âge, la malédiction finie par toucher le reste de son corps et donc le visage et les bras. C’est généralement vers soixante-dix et quatre-ving-dix ans que le cœur est touché par la maladie ce qui provoque souvent des morts par arrêt cardiaque. Il existe des rares cas de Maître des Lames et d’Archiviste principalement ayant réussis à dépasser les 100 ans.

Les Déviants :

Sans doute l’une des plus grandes hontes de la société Soturi. Certains érudits pensent que la raison de l’existence des déviants vient d’une forme plus agressive de la malédiction. D’autres estiment que ce n’est rien de plus que la folie causée par la faim et le seul moyen de la combler : la mort d’un être vivant.
Un déviant est un ancien Soturi qui a perdu toute trace d’humanité. Pourchassé par l’Inquisition, ces êtres ont décidé de se nourrir à n’importe quel prix même si cela incombe le meurtre. En langue Soturi on les appelle les Stryges .
Au début, ils ont l’air de n’importe quel Soturi. Sauf qu'il se permet de tuer, délaissant ainsi les principes et mœurs de sa société. Lorsque l’Inquisition finit par les découvrir, et s’ils n’arrivent pas à le capturer, le Stryge va fuir et plonger petit à petit dans une démence meurtrière. Tout être vivant passant à sa portée deviendra un repas potentiel.
Certains déviant ont été étudiés par les Archivistes. Il en est ressorti plusieurs faits. Premièrement, plus la faim est comblée, plus elle revient avec force tel un cercle vicieux. Ce qui peut expliquer que beaucoup de jeunes Soturis aventuriers n’y prenant pas garde finissent Stryge après avoir tué leurs compagnons de route. Secondement (et ce détail est gardé secret), les Stryges peuvent vivre très longtemps pour la simple raison que leur méthode de vie stoppe la progression de la malédiction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sandhor.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soturi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soturi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sand'Hôr :: Weird CompendiumWeird Compendium :: Amplificateur CérébralAmplificateur Cérébral :: Contexte :: Ethnies-
Sauter vers: